Aller au contenu principal

Jésus, fils de l’homme ou fils de Dieu?

La foi chrétien est fondée sur le fait que Jésus est le seul et l’unique Fils de Dieu. S’il n’était pas le Fils de Dieu, le deuxième membre de la Trinité, pourquoi le louerions-nous, et pourquoi lui demanderions-nous de nous pardonner nos péchés ? Ou encore, pourquoi allons-nous à l’Eglise ?

Mais, pour nous, il y a un problème : Jésus n’a jamais dit qu’il est le Fils de Dieu. Il disait plutôt  qu’il est « le Fils de l’homme ». Alors, que pensait donc Jésus de lui-même?

Cela nous force à poser la question de savoir:

Si Jésus s’appelait le Fils de l’homme, pourquoi l’appelle-t-on le Fils de Dieu ?

Vous pouvez écouter ma réponse si en haut, et le voir en bas. Cliquez ici pour télécharger le transcrit de mon predication. Merci!

Introduction

  • Un sujet très important (1 Pierre 3:15, 2 Corinthiens 10:5)
  • Quelle identité Jésus s’est-il donnée ?

Contexte dans l’Ancien Testament :

  1. Être humain général (Ps. 8:3-4) ?
  2. Prophète Ézéchiel (Éz. 2:1-3) ?
  3. Figure mystérieuse dans Daniel (Dan. 7: 9-14) ?
    4. Le fils de Davide/le Messie ? (Dan. 9:25-26)
    – « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » (Mat. 13:10-11)

Les indices :

  1. Son ministère sur terre :
    a) L’autorité sur les démons (Mc. 1:39), sur la terre (Mc. 4:39), sur
    les maladies (Mc. 1:40).
  2. b) L’autorité de pardon (Mc. 2:1-10)
  3. c) L’autorité sur le sabbat (Mc. 2:23-28)
    Sa souffrance à la fin de sa vie (Mc. 8:31, 9:12, 10:33-34) :
  4. a) Il va souffrir,
  5. b) Il va mourir,
    c) Sa mort va commencer une nouvelle alliance,
    d) Il va ressusciter.
  6. Son retour à la fin des temps (Mc. 13:24-27, 8:34-38) :
  7. a) Il va revenir du ciel,
  8. b) Il va juger le monde,
  9. c) Il va régner sur tout.
    Son Procès (Mc. 14:61-65)
    Pourquoi les Pharisiens ont-ils crucifié Jésus?
  10. a)  Jésus affirmait qu’il était « le Christ, le Fils du Dieu béni »
    b)  Jésus l’a fait en disant « je suis »
  11. c) Jésus a dit qu’il est « le Fils d’homme » dans Daniel 7:9-14

Introduction

  • Un sujet très important (1 Pierre 3:15, 2 Corinthiens 10:5)
  • Quelle identité Jésus s’est-il donnée ?

Contexte dans l’Ancien Testament :

  1. Être humain général (Ps. 8:3-4) ?
  2. Prophète Ézéchiel (Éz. 2:1-3) ?
  3. Figure mystérieuse dans Daniel (Dan. 7: 9-14) ?
    4. Le fils de Davide/le Messie ? (Dan. 9:25-26)
    – « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? » (Mat. 13:10-11)

Les indices :

  1. Son ministère sur terre :
    a) L’autorité sur les démons (Mc. 1:39), sur la terre (Mc. 4:39), sur
    les maladies (Mc. 1:40).
  2. b) L’autorité de pardon (Mc. 2:1-10)
  3. c) L’autorité sur le sabbat (Mc. 2:23-28)
    Sa souffrance à la fin de sa vie (Mc. 8:31, 9:12, 10:33-34) :
  4. a) Il va souffrir,
  5. b) Il va mourir,
    c) Sa mort va commencer une nouvelle alliance,
    d) Il va ressusciter.
  6. Son retour à la fin des temps (Mc. 13:24-27, 8:34-38) :
  7. a) Il va revenir du ciel,
  8. b) Il va juger le monde,
  9. c) Il va régner sur tout.
    Son Procès (Mc. 14:61-65)
    Pourquoi les Pharisiens ont-ils crucifié Jésus?
  10. a)Jésus affirmait qu’il était « le Christ, le Fils du Dieu béni »
    b)  Jésus l’a fait en disant « je suis »
  11. c) Jésus a dit qu’il est « le Fils d’homme » dans Daniel 7:9-14IntroductionPour commencer, je voudrais vous rappeler que notre foi est fondée sur le fait que Jésus est le seul et l’unique Fils de Dieu. S’il n’était pas le Fils de Dieu, le deuxième membre de la Trinité, pourquoi le louerions-nous, et pourquoi lui demanderions-nous de nous pardonner nos péchés ? Ou encore, pourquoi allons-nous à l’Eglise ?Il y a beaucoup de personnes : soit des athées, soit des musulmans  qui ne pensent pas du tout que Jésus est véritablement Dieu. Comme vous le savez bien, les athées pensent que Jésus était seulement un homme bon. Quant aux musulmans, ils pensent que Jésus était un prophète, la parole de Dieu, mais pas le Fils de Dieu.Mais, pour nous, il y a un problème : Jésus n’a jamais dit qu’il est le Fils de Dieu. Il disait plutôt  qu’il est « le Fils de l’homme ». Alors, que pensait donc Jésus de lui-même?Cela nous force à poser la question de savoir:Si Jésus s’appelait le Fils de l’homme, pourquoi l’appelle-t-on  le Fils de Dieu ?

     

    Dans 1 Pierre 3:15, il dit que nous devons être prêts avec une réponse pour tous ceux qui nous interrogeront sur la raison de notre foi. Si vous faîte des discours avec les amies non croyantes, c’est bien possible qu’ils vous posent cette question. Priez tout seul, car cette question peut être très bouleversante pour votre foi.

    Alors, aujourd’hui, nous allons creuser profondément dans cette question afin de vous approfondir dans la foi, et aussi vous préparer pour l’éventualité dans laquelle vous vous trouvé coincé par cette question. Comme j’ais dit précédemment, Dieu veut que nous soyons prêts avec une réponse pour ceux qui nous interrogent sur notre foi.

    1. Le Fils d’Homme dans l’Ancien Testament

     

    Quand Jésus prêchait, il savait bien que son auditoire avait une connaissance de l’Ancien Testament. Alors, quand nous posons la question, « qu’est ce que Jésus voulait dire par Fils de l’homme? »,  il ne faut pas simplement voir dans notre contexte pour donner une explication. Nous devons plutôt plonger dans l’Ancien Testament, et dans les langues originales pour trouver le vrai contexte dans lequel Jésus se trouvait pendant sa vie.

     

    Dans l’Ancien Testament, l’expression « Fils de l’Homme » est une appellation qui était très répandue. Dans la plupart des cases, il veut dire simplement « humain » ou un être humain. Spécialement dans les psaumes, cette expression a été utilisée pour désigner l’humain dans une façon poétique. Normalement, il est un moyen de souligner l’humanité, la mortalité, et la fragilité de l’être humain. Prenez par exemple Psaumes 8.

    C’est aussi comme ça que Dieu à appelé le prophète Ézéchiel. Plus de quatre-vingts fois, Dieu appelait le prophète Ézéchiel « fils d’homme. » cette désignation signifie la même chose que la première : Dieu voulait souligner qu’Ézéchiel était vraiment humain et mortelle.

    Alors, prenez note : la première raison d’usage de ce titre, c’est pour dire simplement l’« humaine ».

     

    Mais il y a aussi un cas très spécial : il faut maintenant qu’on lisse : Daniel 7:9-14 (Louis Segond)

    « Je regardai, pendant que l’on plaçait des trônes. Et l’ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure ; son trône était comme des flammes de feu, et les roues comme un feu ardent.

    Un fleuve de feu coulait et sortait de devant lui. Mille milliers le servaient, et dix mille millions se tenaient en sa présence. Les juges s’assirent, et les livres furent ouverts.

     Je regardai alors, à cause des paroles arrogantes que prononçait la corne ; et tandis que je regardais, l’animal fut tué, et son corps fut anéanti, livré au feu pour être brûlé.

    Les autres animaux furent dépouillés de leur puissance, mais une prolongation de vie leur fut accordée jusqu’à un certain temps.

     Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme ; il s’avança vers l’ancien des jours, et on le fit approcher de lui.

    On lui donna la domination, la gloire et le règne ; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit ».

     

    Alors, on remarquet qu’il y a cette figure mystérieuse dans l’Ancien Testament. Voyez les faits suivants :

    • Il s’est approché de l’Ancien des Jours (Dieu).
    • On lui donna la domination, la gloire et le règne.
    • Tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent.
    • Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point.
    • Son règne ne sera jamais détruit.

     

    Il y a donc trois sortes d’utilisation de l’expression « fils de l’homme ». C’était un nom en général pour désigner être humain, il était un nom spécial pour le prophète Ezéchiel, et il s’agit d’une figure plutôt mystérieuse dans Daniel.

     

    Ce dernier exemple était très difficile pour les Juifs parce que, de même que les musulmans d’aujourd’hui, ils ne pensaient pas à plusieurs petits dieux et esprits. Le verset le plus important pour les Juifs était Deutéronome 6:4

    « Écoute, Israël ! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. »

    Mais, ici on voit une autre personne qui règne sur tous les peuples, qui reçoit toutes les gloires, et dont le règne ne sera jamais détruit.

    Il n’était pas la même personne que « l’Ancien des Jours », et c’était un homme ou plutôt un fils d’un homme. Mais il agit comme Dieu.

    Les juifs pensaient que, peut-être, les passages comme ceux-ci concernent toute la nation d’Israël. Mais tout à la fois, il semble qu’il y aurait un homme spécifique.

    Il y avait beaucoup d’opinions. Mais en tout cas, il restait un mystère.

     

     

    En commençant son ministère, Jésus n’avait pas dit simplement, « Je suis Jésus le messie, le Fils de Dieu, le sauveur du monde ». Peut-être il aurait été plus facile d’être compris s’il avait expliquait les choses si clairement comme cela. Mais pourquoi il ne l’a jamais dit de cette façon?

     

    C’est une question peut-être moins difficile pour vous, ici au Niger que pour nous là-bas en Amérique du Nord. Je crois que tout le monde ici sait bien la mentalité de la religion musulmane.

    L’Islam n’est pas la même chose que le christianisme. Mais, les deux ont une similarité dans le fait qu’ils croient fortement en un seul Dieu. Alors, imaginons que quelqu’un entre dans une mosquée et dit « Je suis le Messie, le Fils de Dieu. » il va facilement perdre son auditoire et peut-être sa tête aussi !

    C’était un peu ça, le cas avec Jésus. Il avait un message à proclamer. Il était prêt à moirer, mais il ne voulait pas mourir avant l’accomplissement de sa mission. C’est comme il a dit à sa mère, et après, à ses frères « mon temps n’est pas encore venus. » (Jean 2:4, 7:6-8).

     

    Jésus avait un ministère parmi les Juifs très religieux et, également, très volatile. Pendant son ministère, il était presque lapidé, et presque jeté dans un précipice. Et finalement, il a été cloué sur une croix. Seulement cela est arrivé au moment prévu selon son ministère. Car il avait déjà choisi des disciples, vécu une vie exemplaire, et dit toutes ses paroles d’être crucifier. Ce qui a été possible parce qu’il a attendu jusqu’aux dernières minutes pour dire la vérité sans fard. Mais du début de son ministère jusqu’à la fin de sa vie, honnêtement, personne ne savait exactement ce qu’il voulait dire par son titre : « Le Fils de l’homme ».

    Jésus avait donc fait une transition subtil, mais profond dans son utilisation ce titre.

     

    D’abord, c’était la première fois dans la bible que l’expression « Fils d’homme » a été utilisée comme un titre pour désigner une personne spécifique.

    Par exemple, dans Psaumes 8:3-4 il dit :

    Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que tu as créées : qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui ?

     

    David a utilisé « Fils d’homme » juste comme une désignation plutôt poétique pour indiquer l’humanité en générale. C’est l’usage qui est très rependu dans l’Ancien Testament.

     

    Dieu a souvent appelé le prophète Ezéchiel « fils d’homme » comme dans Ezéchiel 2:1- 3.

    « Il me dit : Fils de l’homme, tiens-toi sur tes pieds, et je te parlerai.

     Dès qu’il m’eut adressé ces mots, l’esprit entra en moi et me fit tenir sur mes pieds ; et j’entendis celui qui me parlait.

    Il me dit : Fils de l’homme, je t’envoie vers les enfants d’Israël, vers ces peuples rebelles, qui se sont révoltés contre moi ; eux et leurs pères ont péché contre moi, jusqu’au jour même où nous sommes ».

    Mais, il ne semble pas que Dieu a changé son titre pour être « le Fils de l’homme ». Il était simplement un fils d’un homme.

     

    En fait, personne dans l’Ancien Testament n’a pris le nom « le Fils d’homme » pour son propre nom. Même Ezéchiel, qui était appelé « Fils d’homme » plus de quatre-vingts fois dans son livre ne s’appelait pas lui-même « le Fils de l’homme ». Il n’est jamais allé vers les peuples d’Israël pour dire : « moi, le Fils de l’homme ;  moi, je vous dis ceci et cela ».

    Mais Jésus à utilisé l’expression « le Fils de l’homme » plus de quatre-vingts fois et il a affiché clairement qu’il s’agissait de lui-même.

    Alors, ça, c’est une nouveauté. L’autre différence encore, c’est que Jésus ne disait pas qu’il était un fils d’un homme, mais plutôt, qu’il était « le Fils de l’homme ».

    Je veux vous demande : qui parmi nous est un fils d’un homme ? D’après une moitié, n’est-ce pas ?

    Samson, êtes-vous un fils d’un homme ? Oui, moi aussi. Mais qui ici « est le Fils d’homme » ? Samson, êtes-vous le Fils d’homme ? C’est un peut prétentieux, n’est-ce pas ?

    Je peux même dire que je suis un professeur. Mais je ne peux pas dire que je suis le professeur. Je suis un père, mais pas le père. Quand je fais le bricolage, ou quand je bats des choses à côté de ma maison, je peux dire que je suis uncréateur, mais pas le créateur.

    Presque chaque fois qu’on met l’article définit comme précédemment, il semble comme si on parle de Dieu. Ce n’est pas toujours comme ça, mais souvent c’est bien le cas.

    Et Jésus a dit : je suis le Fils de l’homme.

     

    Mais il faut également pense au deuxième article définit : parce qu’en Grec, Jésus à utilisé l’article définit deux fois, mêmes comme en français. Alors, il a dit, « Je suis le fils de le homme ».

    Samson, êtes-vous le Fils de l’homme?

    …Cette question suscite inévitablement une autre question, n’est pas ? Le fils de quel homme ?

    Jésus n’avait pas répondu à cette question jusqu’au la fin de ça vie. Mais les Juifs savaient bien que le Fils de David viendrait.

    Dans Daniel 9:24-27, Daniel a prophétisé que le messie viendrait approximativement 486 ans après le rétablissement du Temple. Alors que tous les Juifs, au temps de Jésus, espéraient  pour messie, le fils de David.

    Alors, probablement tout le monde pensait que peut-être Jésus voudrait dire qu’il était le messie.   Toute fois, Jésus n’avait pas bien éclairci cette idée au début.

     

     

    Il avait donc tiré un titre de l’Ancien Testament. C’était un titre qui dessinait vaguement les trois concepts d’être un humain mortel, d’être le fils de David, et peut-être d’être cet homme mystérieux comme dans Daniel 7.

     

    Mais en ajoutant l’article défini, et en utilisant ce titre dans la première personne, Jésus a fait un titre tout nouveau. Il avait des références dans l’Ancien Testament. Mais personne ne savait exactement qu’est il voulait dire.

    Voulait-il dire qu’il était simplement un être humain ?

    Voulait-il dire qu’il était le messie, le fils de David ?

    Ou bien, voulait-il dire qu’il était la figure mystérieuse comme dans Daniel 7 ?

    C’était un mystère.

     

    En fait, son titre était un peu comme un titre vide. Personne n’a porté ce titre avant lui. Il ne suivait pas l’exemple d’une autre personne. Il n’héritait pas l’héritage d’un autre. Il était tout seul.

     

     

    Pendant sa vie, il a commencé par remplir ce titre de significations. À la fin de sa vie, il a dit franchement et expliqué clairement la signification du titre : « le Fils de l’homme » qu’il s’était attribué. Et c’était pour cette raison que les Juifs l’ont toué.

     

    Ouvrons l’Évangile selon Marc. Nous allons voir qu’il y a au moins trois catégories des attributs avec lesquels il a expliqué la signification de son nom. À la fin de sa vie, dans son procès, il a fait ce que Paul a appelé, « la bonne confession, » et il a finalement dit clairement la signification de son titre.

    ********

    A la question : « Pour quoi Jésus n’avait pas répondu clairement ? », il faut se souvenir que dans ce temps, les Juifs étaient vraiment militants et volatiles. Même cinquante (50) ans après la mort de Jésus, ils se sont révoltés contre les Romains, ils ont fait une guerre civile pour lutter pour leur autonomie. Pendant son ministère, Jésus a été presque lapidé, jeté d’une face aux pisses, et il a été souvent poursuivi par des autorités juives. C’est pourquoi il a caché sa signification dans les histoires, dans les paraboles et même sortir de la terre comme une tasse vide qu’il a commencé par remplir avec des indices, avec des images, des écritures, et des idées.

    Si vous avez compris jusque là, nous allons lire l’Évangile de Marc.

     

    Ce que je vais faire, je vais vous indiquer ce que Jésus a dit concernant « le Fils de l’homme », comment Jésus a défini ce nom. Ça peut être possible dans chaque Évangile, mais nous allons rester dans l’Évangile de Marc. Je vous suggère de prendre des notes afin que, si un fois vous être en discussion avec quelqu’un qui ne pense pas que le Fils de l’homme est vraiment le Fils de Dieu, vous puissiez lui convaincre avec l’Évangile de Marc. Nous pouvons dire qu’il a divisé ces indices en trois catégories.

    D’abord, le Fils de l’homme a un ministère activé sur la terre. A la fin de sa vie, il aura une souffrance. Et après sa souffrance, sa mort, sa résurrection, il aura une deuxième venue. Alors, prenez note de ces trois catégories.

     

    Premièrement, considérons Marc 2 :1-10. Dans cette section, quelqu’un était amené vers Jésus pour qu’il le guérisse.

    Verset 5 : Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique :

    « Mon enfant, tes péchés te sont pardonnés ». Et je vais continuer à lire,

    Verset 6 :

    « Il y avait là quelques scribes, qui étaient assis, et qui raisonnaient en eux-mêmes: comment celui-là parle- t-il ainsi, il blasphème. Qui peut pardonner les péchés si ce n’est pas Dieu seul ? Jésus connu aussitôt, par son esprit, leur raisonnement intérieur et leur dit : pourquoi faites-vous de tels raisonnement dans vos cœur ? Qu’est-ce qui est plus facile, de dire au paralytique : Tes péchés sont pardonnés, ou de dire : Lève-toi, prends ton lit et marche ? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit et va dans ta maison.  Et à l’instant, il se leva, prit son lit et sortit en présence de tous »[1].

    Les Juifs et les Juives ont dit que Jésus a blasphémé. Pourquoi ?  Nous pouvons prendre un petit exemple. Si nos frères jumeaux Samson et Tounkara ont eu une petite bagarre entre eux, et que Samson fait mal à Toukara, et Tounkara aussi de même à Samson. Imaginez-vous que je peux entrer dans cette situation avec une solution ? Pourai-je leur dire : je voie que vous avez un problème entre vous, et moi j’ai la solution ; je vous pardonne tous ? Est-ce que ça peut résoudre le problème ? Non. Pourquoi ?

    Parce que c’est celui qui a été blessé qui a l’autorité de pardonner. Et moi, je n’ai pas été frappé, personne ne m’a fait du mal. Je n’ai donc pas l’autorité de pardon pour quelqu’un. Mais, quelque soit le mal qu’ils ont fait, soit entre eux-mêmes, contre un animale, et même contre la terre, c’est seulement Dieu qui est blessé, qui est fait tore chaque fois qu’on pêche. Dans ce cas, a qui le tore été fait, avez-vous la réponse ? C’est à Dieu. Alors c’est seulement Dieu qui peut rentrer dans cette situation et dire : Samson je vous pardonne, Tounkara je vous pardonne. Et comme vous avez été pardonné, pardonnez-vous,-vous aussi. Mais Jésus a dit qu’il a l’autorité  sur terre pour le pardon. Ce n’est donc pas un être comme Ézéchiel.

     

    Continuons avec le chapitre 2 du verset 23 au verset 28. Ici, je vais échapper un peu l’histoire  pour dire simplement que Jésus avait un conflit avec les Juifs et les Juives concernant le sabbat. Et il a conclut ce discoure en disant dans les versets 27et 28 :

    « Puis il leur dit : Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat »[2]

    Nous pouvons nous poser des questions de savoir qui était cet homme ? Qui était le maître même du Sabbat. Qui a écrit la loi pour le sabbat ? Évidemment, c’était Dieu. Et qui a le droit de changer la loi du sabbat ? Évidemment, c’est le seul Dieu.

    Aussi, nous pouvons lire que Jésus avait l’autorité sur les démons. Sur la terre et la mer, il avait la puissance de calmer la mer, il avait la puissance sur les maladies et l’autorité sur les maladies. C’était là son ministère pendant sa vie.

     

    Passons maintenant vers la fin de sa vie avec Marc 10,33. Dans ce livre, Jésus a prophétisé sa souffrance neuf (9) fois. Lisons le verset 33-34.

    « Voici : nous montons à Jérusalem, et le Fils de l’homme sera livré aux principaux sacrificateurs et aux scribes. Ils le condamneront à mort, le livreront aux païens, se moqueront de lui, cracheront sur lui, le flagelleront et le feront mourir ; et trois jours après, il ressuscitera »[3].

    Mourir est très normal et humain, mais se ressusciter, trois jours après, n’est pas normal.

     

    Aussi, tournons-nous vers Marc 14 :22 où pendant leur dernier souper, Jésus a institué la Sainte Scène. Pour le faire, « Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain, et après avoir dit la bénédiction, il le rompit et le leur donna en disant : Prenez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe, et après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : Ceci est mon sang (le sang) de l’alliance, qui est répandu pour beaucoup[4].

    Une autre fois je vous pose une question, qui a bâti la première alliance ? Évidemment, c’est Dieu.

    Qui a le droit de changer cette alliance ou bien de l’annuler par une autre alliance ? Évidemment, c’est seulement Dieu qui a ce droit.

    Et je peux dire aussi une autre fois que c’est normal de mourir, mais se ressusciter n’est pas normal.  Serra donc-t-il normal qu’il bâtisse une nouvelle alliance avec son mot. Cela a constitué son ministère sur terre et la raison de sa souffrance à la fin de sa vie. Puis finalement, il a prophétisé sa deuxième venue du ciel.

     

    Dans le chapitre 13 du verset 24 au verset 27, il a prophétisé les jours finals en disant: « Mais dans ces jours, après cette tribulation, le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venir sur les nuées avec beaucoup de puissance et de gloire. Alors il enverra ses anges et rassemblera ses élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel »[5].

    Et il a fini ce discours avec l’exemple d’un patron qui est revenu à la maison et qui jugeait les bons et mauvais actes de ses serviteurs. Et l’instar de cet exemple, Jésus dit que le Fils de l’homme va revenir du ciel, il va juger le monde et il va ébranler toutes les puissances de la terre et il va régner sur tout.

     

    Après tout cela, posons-nous la question de savoir : qui est le Fils de l’homme ? Nous avions trois options. Un être humain normal ou peut-être un prophète comme Ézéchiel, l’homme mystérieux dans Daniel, ou bien peut-être le Fils de David qui était à vernir. Mais Jésus ne nous a pas laissés dans le doute, dans les ténèbres. A la fin de sa vie, il a dit les choses clairement, d’une façon qui a été très bien comprise par les Juifs de son temps.

     

    A présent, considérons Marc 14 :61-65. Pendant son procès,

    « Jésus garda le silence et ne répondit rien. Le souverain sacrificateur l’interrogea de nouveau et lui dit : Es-tu le Christ, le Fils du (Dieu) Béni ? Jésus répondit : Je le suis. Et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite du Tout-Puissant et venant avec les nuées du ciel. Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements et dit : Qu’avons-nous encore besoin de témoins ? Vous avez entendu le blasphème. Que vous en semble ? Tous le condamnèrent comme passible de mort[6]

    Pourquoi les souverains sacrificateurs ont ils déchiré leurs vêtements et l’ont condamné à mort? Il y a trois raisons cachées dans ce petit verset.

    D’abord, ils l’ont demandé s’il était le Fils du béni, c’est-à-dire le Fils de David qui a été prophétisé dans les psaumes.

    En suit, c’est un autre point qu’il exige qu’on entre dans le Grec en général et même comprendre l’hébreu qui est en arrière du Grec. Le nom propre de Dieu en hébreu était quoi ? C’était יהוה(YHWH)  qui veut dire : je suis. Quand Moïse a posé de question à Dieu dans le buisson ardent en disant : qui es-tu ?, Dieu lui a répondu : je suis. Alors les Hébreux ont évité cette désignation, ou ce titre parce que c’est trop saint pour eux. Même ici, on peut le constater, le souverain sacrificateur a dit : es-tu le Christ, le fils du béni ? C’est le traducteur français qui a ajouté le mot Dieu ici. Le souverain sacrificateur se gène de dire Dieu. Et Jésus a répondu : ᾽Εγὼ εἶμι (égo émi) en Grec qui veut dire : je suis. Alors c’était le deuxième blasphème qu’il a fait pendant son procès devant le souverain sacrificateur. Avec cette phrase, il a dit qu’il était Dieu. Et parce qu’il voudrait augmenter les choses beaucoup plus, il a ajouté aussi : « Et vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite du Tout-Puissant et venant avec les nuées du ciel »[7]. Comment peut-il dire les choses plus clairement que ça ? C’était pour cette raison que les prêtres ont déchiré leurs vêtements, qu’ils se sont fâchés contre lui, qu’ils lui ont condamné à mort, qu’ils l’ont cloué à la croix du calvaire.

    En fin, même si Jésus de n’avait pas dit clairement  dans cette citation: oui, je suis le Fils de Dieu, si on lit attentivement, c’est impossible d’éviter cette intention.

    Jésus a pensé vraiment qu’il était le Fils de l’homme, qu’il était le Fils de Dieu.

     

     

    Pour conclure, je voudrais que nous tournions vers hébreu 10. Je viens de vous dire que Jésus a bâti une nouvelle alliance avec son mot. Je voudrais commencer avec hébreu 10 :1-4

    « La loi, en effet, possède une ombre des biens à venir et non pas l’exacte représentation des réalités ; c’est pourquoi elle ne peut jamais, par les sacrifices toujours identiques qu’on présente perpétuellement chaque année, amener à la perfection ceux qui s’approchent (ainsi de Dieu).

    Sinon, n’aurait-on pas cessé d’en présenter, puisque ceux qui rendent ce culte auraient été purifiés une fois pour toutes et n’auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés ? »[8]

    Comme il est dit au verset 4 :

    « Car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés »[9],

    Si oui, pourquoi serons-nous obligé de le référer année après année ? Le sacrifice étant une révélation de nos péchés et notre besoin d’un vrai sacrifice qui se trouve seulement en Jésus, l’agneau parfait qui est mort pour nous, il est dit au verset 10 :

    « Et c’est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes »[10].

    Et parce que nous avons été sanctifiés une fois pour toutes par le sacrifice parfait, nous avons parfaitement le droit de nous approcher à Dieu par le sang de Jésus et à travers sa souffrance. 

    [1]Marc 2 :6-12. Version SER

    [2]Marc 2 :27-28. Version SER.

    [3]Marc 10 :33-34. Version SER.

    [4]Marc 14 : 22-24. Version SER

    [5]Marc 13 : 24-27. Version SER

    [6]Marc 14 :61-64. Version SER

    [7]Marc 14 :62

    [8]Hébreu 10 :1-2

    [9]Hébreu 10 :4

    [10]Hébreu 10 :10

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :